Nouvelles recettes

Trois choses que tout cuisinier sain a dans sa cuisine

Trois choses que tout cuisinier sain a dans sa cuisine


Ce qui distingue le cuisinier sain des autres moins sains : sa cuisine. La façon dont vous stockez votre réfrigérateur et votre garde-manger est la façon dont vous cuisinez, et la façon dont vous cuisinez détermine tellement votre santé, de votre poids à votre bonheur. Ici, les trois choses dont tout cuisinier sain a besoin dans sa cuisine :

Manger sain doit toujours être délicieux.

Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne pour plus d'articles intéressants et de recettes saines et savoureuses.

Dites-nous : quels sont vos indispensables pour un garde-manger sain ? S'il vous plaît, partagez dans les commentaires.

Lire la suite d'Anna :


Julia Child serait ravie : la plupart des Américains préfèrent cuisiner à la maison

Le jour de Thanksgiving, des millions d'Américains auront le souffle coupé alors que la dinde parfaitement dorée est sortie du four. De l'autre côté de la cuisine, quelqu'un préparera des pommes de terre et un autre préparera une salade. Les tartes seront posées sur un comptoir à proximité, prêtes à passer au four dès que les plats du dîner seront nettoyés.

Pour la plupart des Américains, il est probable que ce repas – qui remonte aux premières racines du pays – comme la plupart des repas que nous cuisinons tout au long de l'année, sera préparé à la maison, par un membre de la famille (ou deux ou trois). C'est parce que cuisiner à la maison est toujours le moyen préféré de préparer un repas pour 98% des Américains, selon une nouvelle enquête de ReportLinker.

[ctt template=𔄣″ link=”v2p5e” via=”yes” nofollow=”yes”]La cuisine à la maison reste la façon préférée de préparer un repas pour 98% des Américains. [Source : @ReportLinker][/ctt]

D'une certaine manière, ce résultat peut être considéré comme surprenant. Après tout, dans l'industrie alimentaire, les Américains ont beaucoup de choix pour les repas. Les restaurants, la restauration rapide et les plats préparés de l'épicerie se disputent tous une part du budget alimentaire familial. Pourtant, malgré ce large éventail d'options, plus d'un tiers des Américains disent cuisiner à la maison tous les jours, et 50 % disent cuisiner entre trois et six jours par semaine, selon ReportLinker. Les retraités et ceux qui sont à la maison toute la journée sont plus susceptibles que les employés à temps plein de cuisiner chaque jour.

Mais la cuisine reste populaire pour deux raisons notables : elle est peu coûteuse et plus saine. Trente et un pour cent des Américains déclarent que le coût inférieur les motive à cuisiner à la maison, tandis que 22% déclarent que leur désir de manger sain les pousse à cuisiner, selon l'enquête. Un Américain sur cinq déclare préférer cuisiner à la maison car cela lui permet de mieux contrôler ce qu'il mange.

Avec la popularité des émissions de cuisine télévisées, des sites Web de recettes et des chefs célèbres, il est quelque peu surprenant que davantage d'Américains ne citent pas la passion pour la cuisine comme l'une de leurs trois principales raisons de préparer des repas à la maison. Seuls 13,7% des Américains ont déclaré que leur amour de la cuisine était la principale raison pour laquelle ils passaient du temps dans la cuisine.

De plus, 28% de tous les Américains disent qu'ils préfèrent utiliser leurs propres recettes, plutôt que de se tourner vers les blogs et les sites Web de cuisine pour s'en inspirer. Un répondant sur cinq déclare que les aliments qui se trouvent dans son réfrigérateur ou son garde-manger sont généralement susceptibles de déterminer ce qu'ils préparent pour le dîner ce soir-là.

Pour les familles occupées, le temps représente un obstacle important pour mettre un repas sain sur la table. Après tout, un cuisinier doit consacrer au moins une petite partie de sa journée à faire les courses, à préparer et à nettoyer après un repas. Mais les longs trajets et les exigences des activités familiales rendent difficile le temps de découper un repas fait maison. Pourtant, plus de la moitié des Américains déclarent pouvoir trouver entre 31 et 60 minutes à chaque fois pour préparer un repas, selon ReportLinker. Parmi ceux-ci, 26% disent que cela vaut la peine de pouvoir servir un repas sain, et 12% le font parce qu'ils pensent que c'est la meilleure façon de rassembler la famille.

L'enquête révèle également que plus les personnes interrogées sont passionnées par la cuisine - ou plus les Américains cuisinent fréquemment - plus ils sont susceptibles de passer plus de temps dans la cuisine. Par exemple, 48% des cuisiniers passionnés déclarent passer plus d'une heure à préparer un repas, tout comme 30% de ceux qui cuisinent tous les jours.

Bien que la cuisine soit encore très courante chez les Américains – en particulier les retraités, les cuisiniers passionnés et les générations plus âgées – un groupe est beaucoup plus réticent à allumer la cuisinière : les Millennials. Cette génération, dont l'âge varie de 19 à 35 ans, a moins d'expérience en cuisine que les générations plus âgées, et cela, naturellement, peut les rendre moins à l'aise en cuisine.

Près d'un Millennial sur quatre déclare ne cuisiner qu'une à deux fois par semaine, voire pas du tout. C'est beaucoup moins que les générations plus âgées, dit ReportLinker. Et parce qu'ils cuisinent moins, les Millennials sont plus susceptibles de se décrire comme des débutants. Près d'un tiers se considèrent comme des débutants, tandis qu'environ le même pourcentage de générations plus âgées se disent experts en cuisine.

En général, les débutants ont tendance à passer moins de temps à préparer les repas, et quand ils le font, c'est généralement pour préparer quelque chose de simple. En fait, 13 % déclarent passer moins de 15 minutes à cuisiner et 25 % disent cuisiner souvent la même chose, selon l'enquête de ReportLinker.

Pourtant, bien que les Millennials soient souvent des débutants, ils recherchent des opportunités pour apprendre à cuisiner de nouveaux plats. Par exemple, un tiers déclare qu'il se tourne vers les blogs de cuisine et les sites Web pour trouver l'inspiration. Mais l'une des avenues les plus intéressantes qu'ils explorent sont les services de livraison de kits de repas.

Cette tendance émergente est menée par des startups telles que les plats préparés, un service d'abonnement qui emballe des ingrédients avec des recettes et livre un kit directement à la porte du cuisinier. Le prix des kits varie de 60 $ à 140 $ et comprend jusqu'à quatre recettes par semaine pour une famille de quatre personnes. Tous les ingrédients sont frais de la ferme et pré-dosés. Avec peu d'effort, même un abonné sans compétences culinaires peut préparer un repas de chou-fleur épicé, de pommes de terre et de tostadas aux œufs ou de poulet à la française poêlé.

La commodité est un argument de vente clé. Les acheteurs n'ont pas besoin d'acheter des dizaines d'ingrédients chaque semaine. Mais une autre raison, tout aussi importante, est la santé. Ces services ne proposent pas simplement des aliments préemballés, ils promettent plutôt des ingrédients biologiques et sains.

Il existe des centaines de ces services de livraison de kits de repas, normaux dans un marché naissant. Mais les analystes estiment que ce segment pourrait atteindre 5 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, rapporte le New York Times.

La génération Y pourrait être un marché prometteur pour les services. Ils semblent être des adopteurs précoces qui stimulent déjà la croissance. Dans l'enquête ReportLinker, 15% des Millennials ont déclaré avoir utilisé l'un de ces services au cours de la dernière année, contre seulement 10% de tous les Américains.

Pour les cuisiniers débutants, en particulier les Millennials, Blue Apron et d'autres services de livraison de kits de repas offrent un avantage important : ils peuvent leur apprendre à cuisiner. Soixante-dix pour cent des abonnés disent que les kits de repas les ont aidés à améliorer leurs compétences culinaires.

Pourtant, avec une si grande partie de la population faisant sa propre cuisine, il peut être difficile pour les services de livraison de kits de repas de s'imposer. Quatre-vingt pour cent de ceux qui n'ont jamais utilisé ces services disent qu'ils n'ont aucun intérêt à les essayer.

Pour augmenter l'adoption et gagner du terrain, Blue Apron et des services similaires devront commercialiser plus agressivement les Millennials, en trouvant des moyens alléchants de faire appel à leur désir de repas rapides, frais et faciles à préparer.

Vous voulez obtenir plus de données sur les aliments ? Jetez un œil à notre dernière enquête sur les tendances alimentaires au Royaume-Uni !

Cette enquête menée par ReportLinker a atteint 502 répondants en ligne représentatifs de la population américaine. Les entretiens ont été menés entre le 11 et le 15 novembre 2016.


Dans "Everyone's Table", Grégory Gourdet partage des recettes healthy et une étonnante histoire de persévérance

Par Joseph Neese
Publié le 22 mai 2021 à 17h30 (HAE)

Grégory Gourdet (Eva Kosmas Flores)

Actions

À bien des égards, le nouveau livre de cuisine de la star de Top Chef Gregory Gourdet arrive sur les étagères au moment idéal. Après une année au cours de laquelle nous nous sommes retrouvés à la maison, "Everyone's Table: Global Recipes for Modern Health" nous présente un guide indispensable pour manger plus sainement. Au milieu d'une conversation sur l'équité dans l'espace alimentaire, il nous présente des plats d'inspiration mondiale qui devraient être des incontournables dans chaque foyer américain. A l'heure où la santé mentale est au cœur des préoccupations, Gourdet s'ouvre également sur la façon dont sa sobriété.

Lorsque Gourdet est entré en convalescence, il a non seulement audité sa vie mais aussi son garde-manger. Maintenant, il partage le concept de « santé moderne », ainsi que les recettes de sa propre cuisine, avec le monde. C'est un livre de cuisine sain qui ne parle pas d'exclusion comme le souligne Gourdet, le poulet frit fait la coupe, et il y a même un chapitre entier sur le dessert.

"Il y a un chapitre complet sur les desserts dans le livre, et je pense au poulet frit et à l'exemple du gâteau à l'ananas, qui contient près de trois tasses de sucre", a-t-il récemment déclaré à Salon. "C'est du sirop d'érable et du sucre de coco, qui sont de bien meilleurs sucres, mais en même temps, c'est toujours du sucre."

"Il s'agit d'avoir une excellente alternative à certains des ingrédients de cette recette et de ne pas en manger tous les jours. Bien sûr, vous pouvez déguster du poulet frit de temps en temps", a-t-il poursuivi. "Le poulet frit dans le livre a une marinade d'inspiration africaine. Il a du habanero. Il a une belle épice. Il est enrobé de fécule de tapioca et frit dans de l'huile d'avocat. C'est un peu plus sain. C'est définitivement encore un décadent article, mais avec quelques ajustements, vous pouvez avoir quelque chose d'un peu plus sain sur la table."

Ce que Gourdet nous présente, c'est une façon de manger sainement qui non seulement nous fait nous sentir bien, mais qui est également accessible à 100 %. C'est exactement comme ça que Gourdet cuisine chez lui, même quand il n'a pas envie de cuisiner.

"Quand je suis à la maison, je suis occupé. Je ne veux pas cuisiner. J'ai un petit appartement. Je ne veux pas salir la cuisine", a-t-il déclaré. "La façon dont je cuisine à la maison est vraiment inspirée par ces plats qui sont dans le livre. Ils sont très faciles à préparer, pour la plupart. Vous pouvez pratiquement acheter la plupart des ingrédients chez votre épicier local."

Lorsque Gourdet est récemment apparu sur "Salon Talks", nous avons parlé de la nouvelle saison de Top Chef, comment il est devenu sobre et des conseils pour manger plus sainement à la maison. Pour en savoir plus, lisez ou regardez notre conversation ci-dessous.

Cette transcription a été légèrement modifiée pour plus de clarté et de longueur.

Il va sans dire que si nos lecteurs n'ont pas la chance d'avoir goûté votre nourriture, ils vous ont vu à la télévision. Peux-tu nous parler de ton expérience sur le tournage de Top Chef ?

J'ai été sur Top Chef plusieurs fois. J'ai concouru deux fois. Je pense que ma première saison remonte à environ six ou sept ans. Le temps passe. Actuellement, je suis présenté en tant que juge et mentor de notre saison en cours, qui a été filmée à Portland, Oregon, l'automne dernier, en plein milieu de la pandémie.

Y a-t-il quelque chose que vous puissiez nous taquiner pour le reste de la saison ?

Je pense que j'ai vraiment aimé regarder la saison, et c'est un peu différent d'être juge et de ne pas être une figure centrale et de me regarder tout le temps parce que je ne suis pas en compétition. Je peux vraiment plonger dans les autres chefs, et je peux aussi le regarder en tant que spectateur. Même si nous étions là-bas et que nous voyions des choses se produire, il s'est passé beaucoup de choses avec les chefs que nous n'avons pas vues. Je le regarde beaucoup pour la première fois, comme avec les autres téléspectateurs. Je pense que nous allons voir des défis vraiment sympas se présenter, et nous allons voir de très beaux endroits emblématiques dans l'Oregon et à Portland, et de très bons ingrédients présentés.

Je pense qu'à mesure que ça s'éclaircit, ça devient définitivement plus difficile. Je le sais pertinemment, et les critiques deviennent un peu plus difficiles. Nous allons voir les chefs se dépasser vraiment. Je pense vraiment que Top Chef est une histoire de persévérance et d'endurance et de vraiment puiser dans soi-même. Je pense que nous allons voir de très bons plats de certains de ces chefs. C'est une distribution très diversifiée, et ils viennent tous de différents horizons culinaires et de différentes origines ethniques, donc ça va être vraiment amusant de voir le reste de la saison.

En parlant d'endurance et de persévérance, c'est aussi votre histoire personnelle. Votre nouveau livre de cuisine commence par une histoire sur un accident de voiture. Je me demandais si vous pouviez nous en dire un peu plus à ce sujet parce que ce n'est pas nécessairement une façon attendue de commencer un livre de cuisine.

Le livre commence au début, et le début pour moi ne sont pas des souvenirs de cuisine avec ma mère quand j'étais enfant. Mon livre est un livre de santé, et il est basé sur le style de manger que j'ai apprécié au cours des 12 dernières années. Je voulais expliquer comment ça s'est passé. C'est un livre centré sur l'alimentation car il est axé sur les distinctions alimentaires. C'est sans gluten, c'est sans produits laitiers, c'est sans soja et sans légumineuses, c'est sans céréales pour la plupart et c'est sans sucre raffiné.

En même temps, il est vraiment inspiré par les saveurs du monde, avec un garde-manger mondial, des épices du monde entier, des piments du monde entier, à la fois des produits de toute l'année et des produits de saison. C'est vraiment un livre que tout le monde à table peut apprécier. Vous n'avez pas besoin de suivre un régime spécial pour apprécier le livre. J'ai l'impression que souvent les livres le disent, mais vous vous retrouvez en quelque sorte en train de lire les recettes ou de manger les recettes et vous avez l'impression qu'il manque quelque chose ou que vous mangez quelque chose de « sain ».

Pour moi, cela a vraiment commencé avec mon histoire de rétablissement. Après avoir mené une bataille de sept ans contre la drogue et l'alcool, j'ai décidé que je voulais reprendre ma vie en main. Je voulais faire quelques pas en avant pour me relever. Cela comprenait la première étape pour devenir sobre, puis en quelque sorte en bonne santé. Un point crucial dans ma vie a été cet énorme accident de voiture que j'ai eu en Californie il y a environ 13 ans. Ce qui est drôle, c'est que ce n'est vraiment pas ce qui m'a rendu sobre, mais c'était certainement l'un de ces moments où vous regardez en arrière dans votre vie et vous réalisez qu'à 100% j'aurais pu mourir dans cet accident de voiture.

Je portais ma ceinture de sécurité, Dieu merci. La voiture s'est renversée en l'air. Il a été totalisé. J'ai été arrêté immédiatement. Cela aurait pu être une chose assez traumatisante, mais je suis reparti indemne. C'est l'une de ces choses - quand vous regardez votre vie en arrière et que vous faites le point - vous vous dites : "Hé, c'était vraiment quelque chose que je suis extrêmement reconnaissant d'être encore en vie aujourd'hui." Je suis reconnaissant pour cela. Cela a juste aidé à déclencher mon rétablissement – ​​et nous y sommes.

Je suis sans gluten et sans produits laitiers depuis environ une décennie. En même temps, je suis un chef qui travaille dans différents types de restaurants. J'ai pu parcourir le monde et manger tous les types d'aliments. Quand je suis à la maison, je suis occupé. Je ne veux pas cuisiner. J'ai un petit appartement. Je ne veux pas salir la cuisine. Ma façon de cuisiner à la maison est vraiment inspirée de ces plats qui sont dans le livre. Ils sont super faciles à faire, pour la plupart. Vous pouvez à peu près acheter chez votre épicier local la plupart des ingrédients. Les autres ingrédients, vous les gardez juste dans votre garde-manger. Allez peut-être chez votre épicier asiatique ou caribéen une fois par mois et faites le plein de ces ingrédients, et créez simplement de beaux plats intéressants, pleins de saveurs, pleins de vie.

En même temps, en tant que chef professionnel, je souhaite donner aux gens de nombreux trucs et astuces pour améliorer leur jeu. C'est définitivement écrit avec le cuisinier à la maison à l'esprit. Les recettes sont extrêmement détaillées et extrêmement expliquées, un processus étape par étape - parce que je veux que tout le monde réussisse à les recréer.

Merci d'avoir été si ouvert et honnête avec votre histoire. La toxicomanie est un problème répandu dans l'industrie. Quels conseils donneriez-vous à d'autres qui ont également des difficultés ?

Sûr. Mon addiction était définitivement fondée en travaillant dans la cuisine. Je veux dire, ça commence plus tôt. Depuis le lycée, j'expérimentais la drogue et à l'université, j'étais un très vigoureux consommateur de drogues récréatives. Honnêtement, beaucoup de mes amis sont en convalescence à cause de cette expérience. Nous avons tous déménagé dans des États distincts, mais beaucoup d'entre nous sont en convalescence – notre propre rétablissement.

C'était vraiment le travail dans les cuisines de New York et cette période de ma vie qui coïncidait vraiment avec le pire. La première fois - le point précis du début de ma dépendance - je pense, je me souviens du premier jour où j'étais en retard au travail parce que j'avais trop bu la veille. Je me souviens clairement de ce jour. Je peux vraiment désigner ce jour comme le premier jour d'une bataille de sept ans qui n'a fait qu'empirer avec le temps, ce qui était vraiment mauvais au cours des deux dernières années. C'était une époque où "vous travaillez très dur et vous jouez très dur". Nous travaillions 12, 14 heures par jour, souvent en dehors de l'horloge. C'était une situation de très haute pression.

J'ai travaillé dans la gastronomie, les étoiles Michelin et les étoiles du New York Times. C'était une situation à très haute pression, où la perfection était absolument attendue. C'était la norme. Pour contrer cela, vous allez au bar, et c'est New York City. Les bars sont ouverts jusqu'à 4h00 du matin. Pour contrecarrer le travail dur, j'ai définitivement joué dur. Souvent, lorsque mes amis rentraient chez eux de manière responsable à quatre heures du matin, je revenais avec des gens qui avaient encore moins de responsabilités que moi et peut-être même plus de penchant pour la drogue que moi.

Je pense que de nombreuses conversations ont eu lieu à l'échelle nationale au sujet de la santé et du bien-être, de la santé mentale, de la toxicomanie et du rétablissement dans l'industrie. Je pense que le contrepoids à tout cela aujourd'hui est de parler ouvertement de sobriété dans l'industrie, de s'assurer que nous laissons de la place aux discussions sur la santé mentale et de vraiment changer l'apparence de l'industrie. Je pense que nous sommes toujours profondément engagés dans ces conversations avec une énorme industrie qui compte – avec des travailleurs disant qu'ils ont été traités injustement au cours des nombreuses années passées au cours de leur travail. La jeune génération – c'est notre main-d'œuvre actuelle – et de nombreux chefs qui ont subi de nombreux traumatismes ou qui sont sortis de ces expériences folles et de l'impact que cela a sur leur leadership.

Je pense vraiment que la conversation est en train de changer. Je pense qu'il est vraiment important que nous déstigmatisions simplement la dépendance dans l'industrie. Je suis très reconnaissant de faire partie d'un groupe appelé Ben's Friends, qui est spécifiquement un groupe de récupération pour les personnes de l'industrie hôtelière.

Le nouveau livre est également né de la récupération. Cela incluait d'aller au CrossFit et d'adopter le régime paléo, que vous suivez encore plus ou moins aujourd'hui. Le nouveau livre de cuisine est classé dans la catégorie « santé moderne ». Pouvez-vous expliquer exactement ce que vous entendez par « santé moderne ? »

La santé moderne est un terme qui est sorti, je pense, du régime paléo. Je pense que le régime paléo était vraiment très important il y a 10 ans. Je pense que le CrossFit était vraiment important il y a 10 ans, et c'est comme ça que je suis tombé dedans. Je pense que la santé moderne pour moi signifie simplement être capable de faire des choix intelligents – ne pas avoir l'impression d'être restreint, ne pas avoir l'impression de ne pas pouvoir avoir certaines choses que l'on aime.

Vraiment, ce que cela signifie vraiment pour moi, c'est de comprendre que si Mère Nature fabrique toutes ces choses étonnantes qui contiennent des nutriments qui viennent de la terre, toutes ne sont pas les meilleurs aliments pour vous. Il s'agit vraiment de se concentrer sur les plantes, les protéines et tous les ingrédients étonnants qui sont vraiment les plus sains. Les superaliments : chou frisé, patates douces, viandes biologiques, tous ces types d'ingrédients que vous pouvez vraiment en avoir autant que vous le souhaitez. Tous les ingrédients présentés dans mon livre de cuisine sont basés sur les 100 meilleurs superaliments.

C'est comprendre que lorsque nous parlons de quelque chose comme l'huile de pépins de raisin, qui est un ingrédient extrêmement chimiquement transformé et qui est fabriqué par un processus chimique agressif, nous utilisons plutôt quelque chose comme l'huile d'avocat, qui est juste un avocat pressé, qui est un ingrédient beaucoup plus naturel. En faisant ces petits interrupteurs et en étant sûr qu'en ayant ces meilleurs ingrédients, vous pouvez en manger autant que vous le souhaitez.

L'un des aliments préférés de nos lecteurs estsans surprisepoulet. Tout d'abord, vous avez une recette de poulet frit dans le livre. Comment le poulet frit peut-il être sain?

C'est ce que j'entends par la santé moderne. C'est juste être à l'aise que ce que vous mangez vous fait vous sentir bien ou vous en êtes heureux - et nous pouvons toujours profiter des aliments que nous aimons. Il y a un chapitre complet sur les desserts dans le livre, et je pense au poulet frit et à l'exemple du gâteau à l'ananas, qui contient presque trois tasses de sucre. C'est du sirop d'érable et du sucre de coco, qui sont de bien meilleurs sucres, mais en même temps, c'est toujours du sucre.

Il s'agit d'avoir une excellente alternative à certains des ingrédients de cette recette et de ne pas en manger tous les jours. Bien sûr, vous pouvez déguster du poulet frit de temps en temps. Le poulet frit dans le livre a une marinade d'inspiration africaine. Il y a du habanero. Il y a un bon piquant. Il est enrobé d'amidon de tapioca et frit dans de l'huile d'avocat. C'est un peu plus sain. C'est certainement toujours un article décadent, mais avec quelques ajustements, vous pouvez avoir quelque chose d'un peu plus sain sur la table.

Vous avez également toute une section où vous avez différents types de sauces et de mélanges que nous pouvons préparer à la maison. Avez-vous des trucs ou astuces pour rendre les sauces plus saines dans notre alimentation ?

Il y a un énorme chapitre sur la sauce dans le livre en fait, et il y a une énorme section garde-manger. Ce sont les sauces, il y a un chapitre sur la fermentation, il y a un chapitre sur les cornichons, il y a un chapitre sur les épices, les mélanges d'épices. Personnellement, j'aime ces chapitres parce que ce sont toutes des choses que vous pouvez faire et conserver dans votre réfrigérateur. Souvent, ils contiennent des ingrédients comme de la sauce de poisson et d'excellentes épices et piments, et beaucoup d'entre eux sont stables dans les rayons ou dans le garde-manger ou au réfrigérateur pendant une semaine - peut-être même quelques mois s'il s'agit d'un cornichon ou d'un ferment.

Souvent, avoir ces ingrédients à portée de main est un moyen facile de pimenter n'importe quoi. Si vous avez un simple poulet rôti ou même juste des cuisses de poulet sautées, vous pouvez simplement prendre la sauce chili-lime, la sauce chili-lime d'inspiration vietnamienne. C'est de la sauce de poisson et de l'ail et des piments et du jus de citron vert, et c'est piquant et c'est funky et c'est un peu épicé. Quelques gouttes de cela sur votre poulet, et vous avez un dîner assez délicieux préparé en quelques minutes. Toutes mes sauces - tout le travail de sauce dans le livre - sont définitivement présentées avec des ingrédients alternatifs. Ils ont ce souci de la santé en tête, en utilisant du tamari au lieu de la sauce de soja, en utilisant des pruneaux et des dattes au lieu de sucre, pour vraiment y apporter ces nutriments.

Joseph Neese

Joseph Neese est le rédacteur en chef de Salon. Vous pouvez le suivre sur Twitter : @josephneese.

PLUS DE Joseph NeeseSUIVEZ josephnee


9 articles pour vous aider à cuisiner plus sainement dans la cuisine

Des meilleures poêles antiadhésives aux spiraliseurs haute puissance.

Lorsque nous pensons à faire des recettes plus saines, nous nous concentrons généralement sur les ingrédients et non sur les outils que nous utilisons pour les cuisiner. Avoir les casseroles, poêles et ustensiles de cuisson appropriés, cependant, est essentiel pour fabriquer des aliments qui utilisent moins de graisses et moins de sucre. Nous avons consulté des experts du Good Housekeeping Institute et avons effectué des recherches pour identifier neuf articles qui vous aideront à cuisiner plus sainement dans la cuisine, des ustensiles de cuisine en céramique antiadhésifs à un mélangeur facile à utiliser. Lisez la suite pour découvrir nos favoris.

Échanger vos vieux ustensiles de cuisine contre des variétés en céramique et antiadhésives est un moyen incroyablement facile de cuisiner avec moins de graisses et une bonne poêle antiadhésive mdasha vous permet d'utiliser beaucoup moins d'huile qu'avec une fonte, par exemple.

Nous aimons les casseroles et poêles GreenLife parce qu'elles sont conçues pour libérer même les aliments les plus collants, comme du fromage fondu ou des œufs, d'un simple coup d'éponge, grâce au Thermolon&trade, un revêtement antiadhésif en céramique. Cette batterie de cuisine de 16 pièces est également disponible en six couleurs, ce qui facilite la coordination des couleurs de votre cuisine.

Nous devinons que vous avez vu ces bébés faire le tour des réseaux sociaux cette année et oui, ils sont aussi géniaux que vous l'avez vu sur les photos. La friture à l'air vous permet d'utiliser jusqu'à 75 % de matières grasses en moins tout en donnant aux aliments une finition croustillante.

Ce modèle Ninja peut cuire et croustiller jusqu'à trois livres de frites françaises (ou végétariennes), ce qui le rend parfait pour votre prochaine réunion estivale. Vous pouvez même l'utiliser pour déshydrater des choses comme des pommes ou des abricots afin de préparer vos propres collations aux fruits pour les enfants.

Vous savez déjà que manger une variété de céréales est la clé d'une alimentation saine et équilibrée et qu'avoir un cuiseur à riz de qualité rend la préparation de ces céréales beaucoup plus accessible. Celui-ci de GreenLife peut gérer le riz blanc, ainsi que d'autres céréales comme le quinoa et l'avoine coupée en acier.

Ce modèle a même des boutons préréglés pour différents grains, garantissant qu'ils ressortent parfaitement tendres à chaque fois. Encore mieux? Le revêtement antiadhésif en céramique de la cuisinière signifie que vous n'aurez pas à transpirer en raclant le riz brûlé au fond du bol. Que vous choisissiez le turquoise vif, le rose ou le blanc, vous voulez garder ce cuiseur à riz exposé même lorsque vous ne cuisinez pas.

Si vous êtes passé aux poêles antiadhésives, il est également important de mettre à niveau vos autres ustensiles de cuisine. Les pinces Oxo&rsquos avec têtes en silicone résistantes à la chaleur sont idéales pour cuisiner avec des ustensiles de cuisine antiadhésifs car elles peuvent racler une poêle sans la rayer.

Ce modèle gagne également notre approbation pour être particulièrement robuste et son mécanisme de verrouillage intelligent qui l'empêche de prendre trop de place dans votre tiroir de cuisine.

Il n'est jamais amusant de faire cuire un ensemble de muffins seulement pour que la moitié d'entre eux se colle à l'intérieur du moule. C'est pourquoi nous aimons les ustensiles de cuisson GreenLife : le revêtement antiadhésif en céramique signifie que vous n'aurez plus besoin de vous fier à de la graisse ou un aérosol de cuisson pour cuire vos précieux muffins à la banane ou à l'avoine aux bleuets.

Cet ensemble de quatre pièces peut également résister aux rigueurs des tests de recette : chaque pièce est fabriquée en acier robuste qui est connu pour chauffer rapidement et uniformément, et est extrêmement durable.

Tout le monde aime une bonne frite frisée ou un bol de spaghetti, mais si vous cherchez à ajouter plus de légumes à votre répertoire de recettes, procurez-vous un spiraliseur. Le modèle puissant de KitchenAid peut spiraler n'importe quoi, des courgettes aux betteraves, qui peuvent ensuite être utilisées comme substitut de pâtes ou pour ajouter un peu de texture et de couleur à votre salade.

Bonus : cette version est même livrée avec une lame à éplucher, qui peut faire un travail rapide des pommes pour la compote de pommes ou des patates douces pour une purée.

Une alimentation saine ne signifie pas de graisses, bien sûr, mais la modération est la clé. Nous aimons le flacon pulvérisateur Evo car il distribue une fine pulvérisation d'huile en forme d'éventail : de quoi enrober un morceau de viande ou de poisson sans ajouter un excès de graisse inutile. De plus, il est rechargeable pour que vous puissiez utiliser cette bouteille encore et encore.

Les smoothies sont un petit-déjeuner facile à prendre sur le pouce, mais beaucoup de ceux que vous achetez dans un magasin regorgent de tonnes de sucre et de charges inutiles. Au lieu de cela, prenez un mélangeur puissant comme NutriBullet & rsquos et faites le vôtre à la maison & mdash de cette façon, vous pouvez réduire les édulcorants et chargez-vous de légumes supplémentaires comme le chou frisé ou les épinards. Ce modèle est particulièrement pratique si vous manquez de temps : vous pouvez le mélanger directement dans une tasse portable.

Il y a de fortes chances que vous cherchiez toujours un moyen d'incorporer plus de légumes dans votre alimentation. Et bien que les salades soient une option particulièrement rafraîchissante cette saison, le travail de préparation peut parfois être pénible.

Exemple concret : laver vos verts. Il est presque impossible de les faire sécher correctement avec des serviettes en papier, vous vous retrouvez donc avec une bouillie détrempée et peu appétissante. Entrez : l'essoreuse à salade, qui est non seulement amusante à utiliser, mais garde votre laitue ou votre chou frisé propre et croustillant. Ce modèle de Cuisinart permet de laver et séchez vos légumes verts dans le même récipient.


3. Ne lésinez pas sur la saveur

Ceci juste (mais pas vraiment) : il y a peu ou pas de preuves suggérant un lien entre l'apport en sodium et les maladies cardiaques, du moins pas chez les personnes sans prédisposition génétique aux maladies cardiaques.

"Le sel aide à reconstituer les électrolytes, et si votre médecin ne vous a pas dit de l'éviter, vous devriez assaisonner tous vos aliments avec", explique Ciavarella - une excellente nouvelle pour ceux qui assimileraient automatiquement la santé à "fade".

Avec la graisse, que nous avons déjà abordée et que nous couvrirons à nouveau, le sel est le vecteur de saveur et est le bienvenu dans une cuisine saine avec modération. Mais ne vous arrêtez pas là. Appuyez-vous sur toutes les épices - telles que le poivre moulu, le paprika, la poudre d'ail, la poudre d'oignon et plus - dans votre cuisine pour rendre des repas sains savoureux et délicieux.


Julia Turshen allie santé et confort en cuisine : Délicieux "n'a pas besoin d'être compliqué"

Par Joseph Neese
Publié le 14 mars 2021 à 19h17 (HAE)

Le "poulet de lune de miel" de Julia Turshen. Photographies et stylisme par Melina Hammer. (Melina Hammer/"Simplement Julia")

Actions

Ceci est la première partie d'une interview en deux parties avec l'auteur de livres de cuisine Julia Turshen.

Cela ne devrait pas sembler révolutionnaire, mais c'est le cas : Julia Turshen, auteure bien-aimée de livres de cuisine, a écrit un livre de cuisine sain sans limites. Lorsque je lui ai fait remarquer cela, la force culinaire derrière "Simply Julia: 110 Recipes for Healthy Comfort Food" était à la fois humble et réfléchie.

"J'apprécie vraiment tous les deux d'entendre cela, et je suis aussi très triste d'entendre cela", m'a dit Turshen lors de notre récente interview "Salon Talks". "Pendant si longtemps, je sais que j'ai confondu les mots 'sain' et 'maigre'. Je pensais qu'ils voulaient dire la même chose."

Turshen a écrit un livre de cuisine sain qui célèbre la nourriture réconfortante – un genre souvent associé à des sentiments de culpabilité – et n'a absolument rien à voir avec la perte de poids. Au lieu d'associer le mot "sain" à des limitations, Turshen l'associe à l'illimité.

"Cela n'a rien à voir avec la restriction. Cela n'a rien à voir avec la privation. Il n'y a pas de limites dans le livre. Et associer la santé à l'illimité, cela me semble différent", a-t-elle déclaré. "Je ne suis pas la première personne à avoir cette pensée ou cette idée. Je pense que je ne peux avoir cette pensée et cette idée que parce que d'autres personnes m'ont montré à quoi cela ressemble. Mais mettre cela dans un livre de cuisine grand public me semble vraiment précieux et me fait me sentir vraiment heureux qu'il soit là-bas et fier."

C'est à travers cette lentille que Turshen définit la nourriture réconfortante, qui peut signifier quelque chose de différent pour chacun de nous. Au lieu de quelque chose qui nous divise, la nourriture réconfortante peut être un rassembleur.

"J'aime vraiment, vraiment l'endroit où la santé et le confort se rencontrent. Parce que quand je me sens le plus à l'aise, je me sens le plus en bonne santé. Quand je me sens le plus en bonne santé, je me sens le plus à l'aise", a déclaré Turshen. "Et puis introduisez le mot" facile "- c'est comme s'il y avait une facilité qui vient avec les sentiments quand je les ressens au mieux, comme quand je me sens le plus à l'aise avec moi-même."

Le résultat final est un chef-d'œuvre d'un livre de cuisine moderne qui se sent à la fois nostalgique et innovant. "Simply Julia" nous propose des approches plus saines d'aliments réconfortants intemporels qui sont à la portée de tous les cuisiniers à domicile. Beaucoup de ces recettes sont garanties de devenir des incontournables de votre rotation de dîner en semaine.

"La nourriture délicieuse n'a pas besoin d'être compliquée", écrit Turshen dans son livre de cuisine. "La cuisine, quand elle est à son meilleur, est une façon de prendre soin les uns des autres, pas de se concurrencer."

Lorsque Turshen est récemment apparu dans "Salon Talks", nous avons parlé de la façon dont la cuisine à la maison peut nous rendre plus présents dans notre vie quotidienne. Saviez-vous qu'une excellente façon de se faire un nouvel ami est de l'inviter à dîner ? Pour en savoir plus, lisez ou regardez notre conversation ci-dessous.

This interview has been lightly edited for clarity and length.

Julia, one of the things that we love the most about you at Salon is that you're an expert, but you're a home cook and your approach comes completely from a love for and the joy of cooking. You give us comfort food, but it's always approachable and accessible.

I'm very happy to hear that, and I appreciate it. It's funny — I very proudly identify as a home cook. Sometimes people, I don't know, when I've had something written about my work or something, they're like, "Chef Julia Turshen." I'm like, "Who are they talking about?" That's not a word I use. For me, that's someone who works in a restaurant or runs a very professional kitchen. I run a home kitchen — and proudly so. So, yes, I appreciate what you said. It just reminded me of that.

And for that very reason, you're one of the cooks who I turned to during the pandemic when I was craving comfort food that I could make at home that was delicious. One of the dishes that got my roommate and I through those early months was your turkey and ricotta meatballs, which you actually served your wife on your very first date. I was wondering if you could tell us a little bit about that.

The meatball recipe you are referring to is in my first solo cookbook, "Small Victories." I think it's easily the most popular recipe from that book, which is great for so many reasons. I mean, one, I think they're delicious meatballs. They're super easy to make. I'm so glad that you and your roommate have enjoyed them. It's one of those dishes that is — I feel like the taste of it makes it seem like it was more complicated to make and also something that just gets better the longer it sits in the fridge. All of those qualities describe my ideal recipe.

It was the first thing that I ever cooked for my wife, Grace. It wasn't our first date, but it was the first thing I cooked for her. Basically, we're still on our first date. We went out to dinner and just never left each other's side. But it was the first thing I cooked for her, so the fact that that recipe has become so popular and been cooked so many times is especially meaningful to me because it's a recipe where I got to share this incredibly personal story. And also to do something that I've come to understand how meaningful it is to me, which is to just share a lot about my personal life, and specifically, my marriage and my work. I grew up loving cookbooks. I'm surrounded by some of the cookbooks I own.

That's a wall of cookbooks.

This is a fraction. My life is surrounded by cookbooks. Growing up, I never read a cookbook that I know of that was written by an openly gay woman, let alone with basically love letters to her significant other woven throughout the recipes. That's something I get to do, and I'm incredibly grateful to do and proud to do. So, yes, come for the meatballs, stay for the gay pride. Other way around? Whatever you want.

As an openly gay writer and editor, I obviously relate to it. But, that was my introduction, because you've sort of come full circle in the new cookbook. You give us "honeymoon chicken," which I particularly loved because my grandmother is an immigrant from Mexico. Tortilla soup is something I grew up with as a kid, and it's something that I instantly think of when I think of comfort food. I wanted to know a little bit about the honeymoon and this chicken dish.

I love the journey we're going on here: Make the meatballs, get married, make the honeymoon chicken. Love it. Where in Mexico is your grandmother from?

She's from the Yucatan. So I do want to ask you about your cochinita pibil . . .

Yes, I would love to talk to your grandmother about it. But, yes, that recipe for the honeymoon chicken. Basically, right after Grace and I got married, we spent a week actually staying in a friend's home that is very near the home we now live in, the home I'm sitting in. We didn't know we would end up here, but anyway, that's where we spent our honeymoon. During the course of that week, we went to a restaurant, and we shared a bowl of tortilla soup. To me, sharing soup is not something most people do. That's a very intimate thing — to share a bowl of soup. Anyway, it was just really delicious soup. It was this wonderful week, super happy memory and time. And just that flavor of chicken soup with chilies and tortillas in it is just — it's a flavor I really, really love.

So in "Simply Julia," which is right here, there's a chapter of all chicken recipes. This book is very much the most personal book I've done, but it's also the most practical. I think the chapters really respond to the questions I've been asked the most. And one is just like, "What is your favorite way to cook chicken?" Because I think a lot of people cook it, and they get bored. So this recipe — you basically have all the things you would put in a pot of tortilla soup in a roasting dish. So you roast pieces of chicken that you coat with some oil and spices, and you roast them on a bed of onions, and tomato, and garlic and some torn-up corn tortillas. It's a great place to put if you have stale ones — you can put them there.

As the chicken cooks, all the juice from the chicken, all the delicious stuff gets into all that. And then you just put all the stuff from under the chicken into a blender, you blend it with some canned Chipotle chilies, smoked jalapeños, a little chicken stock. It makes the most magnificent sauce. You pour that on your chicken. Again, it tastes like something that took a lot more time and effort to make than it did, and it's just so comforting and so good. It brings back a wonderful memory for me. You can also — I like to note — if you have leftover sauce, you can add more chicken stock to it, and you can have tortilla soup. It can just go full circle.

Full circle. So tortilla soups is something that I think of as a comfort food, and your new cookbook is about healthy comfort foods. It just so happens to be extra topical because of the pandemic, and during the pandemic, we've experienced this Renaissance of comfort food. People are talking about macaroni and cheese, meatloaf and similar things. But comfort food means different things to different people. For example, I grew up with my grandmother making me cochinita pibil, and I think of that. But that doesn't fit everyone's definition, so how do you approach the definition of comfort?

It's such a good question, and the subtitle of the book is, "Easy Recipes for Healthy Comfort Food." I spent a lot of time thinking about those three words: easy, healthy, comfort. What do they all mean? What do they mean when you combine them? I feel like I spend a lot of the book interrogating all of that in a really just sort of wonderful sort of curious way. It's interesting: If you say comfort food to 10 different people, you'll probably get 10 different answers. I think it speaks to the fact that all of these words are up for all of us to define for ourselves. For me, I really, really like the place where healthy and comfort come together. Because when I feel my most comfortable, I feel my most healthy. When I feel my most healthy, I feel my most comfortable. And then bring in the word easy — it's like there's an ease that comes with the feelings when I feel them at their best, like when I feel most comfortable in myself.

So for me, comfort food is food that is easy to make. Comfort food shouldn't be a stressful thing to make. It should feel really good to eat, and for me that translates to feeling very deeply connected. So when I prepare that "honeymoon chicken" that we just talked about, making it is really easy. It feels very doable. I feel like feeling healthy, feeling comforted, feeling comfortable. All these things should be within our grasp, because I think they are. So, that's the process of making it. Then, when I sit down to eat it, it brings up this wonderful memory and makes me feel very connected to my wife. It makes me feel connected to the ingredients I've used. I've been thoughtful about them and what I'm using, where I'm getting them.

All those things, that deep sense of connection, it just makes me feel — I don't know — present and in the moment. And when I am feeling present, for me, that is absolutely when I feel both my healthiest and my most comforted and comfortable. Because when I'm present, I'm not anxious. I run quite anxious. There is an essay in the book about cooking and anxiety, and when I think about anxiety, I'm worrying about something that has happened or something I'm worried is going to happen. So, when I'm present, it's very hard for me to be anxious, which is a really good thing for me. When I'm feeling connected, and in the moment and present, it makes me feel very calm — just collected and just here right now — which is just a really nice feeling. And cooking and eating give me access to that feeling on a daily basis.

I know you described anxiety in the book as being like a grocery list. There's that one item that you need, but you can't find. You explore how cooking is where you really feel at home. But I love the anecdote that you mentioned, too — a great way to make a new friend is to invite them over for dinner.

I think a lot about what food does when you put it on a table, and there's people sitting around the table. C'est juste it changes everything. A joke I like to make, I don't know if it's that funny, but a table with people around it that has no food on it is a meeting and nobody likes a meeting.

You put food on the table, and it just changes the way we interact with each other. It changes our body language. Things like, "Hey can you pass me the salt? Can you pass me the potatoes?" We're crossing our hands, we're using our bodies, so our bodies are occupied. Right now, I'm like, "What do I do with my hands while we're talking. They're flying over here." If we were eating, I would have something to do with them. I think it just puts us at ease. It sort of makes us more human to one another. For me, I have the privilege and luxury of having a home and a kitchen that I'm extremely comfortable in and I want to welcome people into. That's been, I would say for me, the hardest part of the last year is just not having my friends and family in my home all the time and sitting around my table — and let this be my biggest problem during the pandemic.

Yes, it's something I deeply miss, and not having that for a long time has made me realize just how valuable it is. And I'm so grateful for technology. The fact that we can have this conversation right now — I can feel present and connected to you in this very moment — is amazing. It's amazing I can see my five-year-old niece in Cleveland whenever I want via FaceTime. My best friend lives in London. I'm so so grateful for this right now, but I also wish we were sitting at a table and we were eating something, because I think it just opens up different stories we share with each other. It just kind of gives you moments to just sort of pass the time. Think about being in a restaurant with someone, and your food comes, and then you wait for the bill to come and then maybe you get a coffee and all this stuff. You can just extend this natural feeling, and sometimes being together can feel difficult. And I think food makes it feel easier. So, yes, I think it's a great way to make friends, and even if, I don't know, it doesn't work out and you're not friends, at least you had something good to eat.

At least you had great food together! That's one of my favorite things to do, too. In terms of comfort food, I think there's often a guilt associated with eating it. You explored this in a very touching essay in the book, which was reprinted in Bon Appetit. One day you realized that had two feelings: happy and fat. Can you tell us what that means?

What you're referring to is an essay in the book that very much delves into just body image and diet culture, understanding what that is, attempting to dismantle it and . . . I'm saying this all in a vague way. This is a very personal reflection on these things, my feelings about all these things. And, to me, it's the absolute most vulnerable part of the book, and therefore, I think the most important. In just being shared, as you mentioned, it's already led to just so much connection. I have never heard from this many people, and I mean, I could start crying right now.

It's been a very emotional process to put this out there, especially because . . . OK, I'll back up, and say, I very much grew up in diet culture. I participated in it for a long time. I preached it while I practiced it. I don't know, for anyone who's listening who's like, "What are you talking about?" To me, it's the culture we all, for the most part, live in, especially in the U.S. It's a culture that I think just prioritizes thinness over anything else and because of that sort of pits us against each other, encourages us to measure ourselves against ourselves. "I want to get back to this weight, or I want to get to this weight." Encourages us to pit ourselves against each other, to compare each other. It's just really miserable — at least it is in my experience. There are so many businesses attached to this that profit off of it.

I just basically didn't know there were other options. And there are a lot of things that have happened in my life that have helped me get to a place that feels much more free, much more peaceful. That is really I think how I define healthy. It's very much associated with freedom. One of the things that helped me get there — in addition to therapy and in addition changing who I follow on social media — to leaving diet culture and saying no thank you to it, feels to me a little bit like learning a new language. And the best way to do that is to immerse yourself in it, to listen to different podcasts and stuff.

One of the other things that really helped me was this kind of breakthrough moment where I realized that I felt like I had only ever felt two things in my life: happy or fat. Having that idea just cracked something open in me, because one, fat is not a feeling — it's just not. Two, I had limited all my feelings to two very binary things, and there are so many feelings in the world. Three, I had totally associated anything other than happy with fat. I didn't think those two things could exist at the same time. I had demonized fat in the way so many other people and the institutions have. The words I used in the essay were it felt like I splashed a big thing of cold water in my face, and I was like, "Woah." And having that thought doesn't mean that I never have that thought again, but it just helps me identify it more clearly. It helps me move through it and it helps me get in touch with so many other feelings.

I have a poster that's actually right on the wall over here. It's one of these posters that they have in a lot of kid's classrooms . . . I wish I could show it to you, but I would have to move my whole set up here, which is a stack of books that my computer is on. It's pictures of all the different emotions with kids having the facial gestures, but responses to it. For so long, whenever I felt what I had deemed fat, I made myself go stand in front of this poster and be like, "What are you feeling right now?" I was so out of touch with my feelings. I was out of touch with my body. And I know we're here to talk about a cookbook, but this is very much part of it, because this cookbook which is about healthy comfort food, it's not just about the recipes. It's about how we feel when we cook and when we eat like we were talking about. I just really appreciate the opportunity to talk very openly and very honestly about that — not just in the book but in conversations like this one. So thank you for asking me.

Bien sûr. I don't know if it should feel so revolutionary — but it does — that you're able to so honestly and openly talk about this in a cookbook that's about healthy eating. There's diet culture, and it's an industry. But we're having an open and honest conversation, and that's something I've never really had when I've read a cookbook before.

I both really appreciate hearing that, and I'm also so sad to hear that. I just think for so long, I know that I confused the words "healthy" and "skinny." I thought they meant the same thing. I wrote a healthy cookbook that has nothing to do with weight loss. It has nothing to do with restriction. It has nothing to do with deprivation. There are no limitations in the book. And associating healthy with limitlessness, it does feel different to me. I'm not the first person to have this thought or idea. I think I'm only able to have this thought and idea, because other people have shown me what it looks like. But to put that in a mainstream cookbook feels really valuable and makes me feel just really happy it's out there and proud.

Going back to that cochinita pibil, I'm so excited to try your recipe. One of the reasons why I don't make it a lot is because it's a process. You've developed a sort of shortcut, and I think that speaks in general to a lot of your recipes. You're not here to make us spend all day in the kitchen. If we can use one bowl, we can use one bowl instead of dirtying a lot of different bowls. Can you tell me a little bit about that recipe and how it speaks to your philosophy as a whole.

I love that you pulled this one out, because it's so good and it's so easy. As you just said, and as I said in the headnote to the recipe — the headnote is the industry term for the paragraph that comes before the recipe that just gives you the story, and the context and some helpful information — what I included in there is: This is not authentic. I am by no means an expert on this. I'm someone who loves this item of food, which is slow-cooked pork. Je l'aime. I think it's delicious, and I think a version of it is something we can all have in our kitchens whenever we want.

Basically, you cut up a delicious pork shoulder, you could use a pork butt or whatever — just a big muscle that has a good amount of fat in it. And you're going to cook it really slowly so that fat just renders out. You basically put it all in a pot with some spices and some aromatics, including fresh oranges that cook really slowly with the pork. And it has all the flavors that I think happen in a pretty traditional cochinita pibil, but you cook it instead of digging a pit in the yard and wrapping it in banana leaves and stuff, which is amazing and I would love to do (and really love to be invited somewhere where someone's doing that, and then I'm happy to wash every single dish).

This all happens just in a pot that you cover. You put in your oven. No, it is not the real thing, and that is OK. I think part of home cooking is that, I don't know, I just have this belief that — this might sound like sort of a weird thing to say — I don't think every meal we eat needs to be the best meal we've ever had. I think this recipe is incredibly good and very special, but I also think it's extremely achievable and made of very affordable ingredients. It's made with very little technique. You put the stuff in the pot, you cover it, you put it in the oven and the oven does all the work. You don't have to be there. I mean, don't leave your oven on if you're not there, if that makes you uncomfortable, I understand that. But you can be doing a million other things.

I just really like recipes like that just make it very easy for you to provide something very delicious, very comforting and very versatile. That pork can be used in so many different things. You can eat it on its own with nothing except a fork — end of day, perfect. But it goes well with so many things. You can put it into a sandwich or a taco, whatever you want. I just love a recipe that really serves you.

Joseph Neese

Joseph Neese is the Managing Editor of Salon. You can follow him on Twitter: @josephneese.

MORE FROM Joseph NeeseFOLLOW josephneese


Cook Frozen Fruit and Vegetables Before Using

Frozen and raw fruits and vegetable can carry harmful germs that can lead to foodborne illness. In the study conducted by the USDA, they found that when participants were preparing frozen corn for a salad almost all of them failed to follow the manufacturer’s instructions to check that it reached a proper internal temperature of 165 degrees F. Again, using a food thermometer is the only way to check if the proper temperature is reached. Even when preparing a cold salad or smoothie, the USDA recommends frozen fruit and vegetables be cooked first.


25 Creative & Healthy Ways to Cook with Bell Peppers

Bell peppers are a humble ingredient that we often think of as just part of a salad or fajitas. But you can do so many things will bell peppers! These paleo-friendly bell pepper recipes use peppers of all colors and sizes to add flavor and texture to easy dishes.


1. Bell Pepper Pizza Bites
These pizza bites don’t require any fancy grain-free crusts, and they’re made with almond cheese (which is optional, really) so you can enjoy a more complete pizza flavor. You’ll need green bell peppers, pizza sauce, pepperoni, mushrooms, tomatoes, and fresh parsley.

2. Smokey Paprika Ground Turkey, Bell Pepper, Zucchini Casserole
This layered casserole features ground turkey, eggplants, zucchini, and bell peppers along with smoky paprika. It’s sort of like lasagna, but without the cheese and pasta. You’ll need plenty of white onion, garlic, and herbs like oregano and basil to ensure a fantastic flavor.

3. Paleo Stuffed Bell Peppers
Stuffed Bell Peppers are a great way to trick yourself into eating the peppers if you’re not a fan. Stuff them with grass fed beef, zucchini, carrots, fresh basil, red onion, garlic, spinach, and marinara sauce and have yourself a bell pepper party. Invite your friends.

4. Caribbean Stewed Fish
Flavored with ginger, white pepper, garlic, thyme, lemon, and lots of peppers, this fish stew is totally delicious and nutritious, and makes an amazing dinner in under an hour. The onion and bell peppers give you lots of vegetable crunch to go along with your protein.

5. Chicken Paprikash With Spiralized Onions and Bell Peppers
Spiralizing veggies is a great way to change their texture and try something new. This awesome paprikash uses spiralized onions and bell peppers, chicken thighs, garlic, chicken broth, tomatoes, coconut cream, paprika, and minced parsley for lots of flavor.

6. Grilled Squid Salad With Pomegranate Vinaigrette
This grilled squid salad is full of unusual flavors and textures from pomegranate juice, apple cider vinegar, assorted bell peppers, red cabbage, baby squid, pomegranate seeds, salt, pepper, and paprika. The exotic combination is sure to intrigue your taste buds.

7. Easy Breakfast Salad With Poached Eggs and Wilted Kale
Breakfast salads are an easy way to boost your nutritional intake first thing in the morning and fuel yourself with energy until lunch. For this one, you’ll need kale, sweet potato, bell pepper, red onion, and poached eggs. Top it with a garlic-oregano-Dijon dressing. Miam!

8. Sauteed Skillet Salmon With Vegetables
This full meal happens in one dish in less than 30 minutes, making it an absolute winner for weeknight dinner (hey, I rhymed!). You’ll need zucchini, red bell peppers, cherry tomatoes, basil, olive oil, sherry wine vinegar, oregano, salmon, salt, and pepper. Super simple and tasty.

9. Baked Plantains and Sweet Peppers
Plantains are one of my favorite dishes, prepared just about any way. I especially love this baked plantain dish with sweet bell peppers, coconut oil, onion, chili pepper flakes, toasted coconut flakes, and freshly ground black pepper. It’s so simple and delicious.

10. Grilled Leek and Roasted Bell Pepper Salsa
Bell pepper star in salsas of all kinds, and this particular grilled leek salsa is unique and one of my favorites. It uses leeks and bell peppers (duh), tomatoes, chopped cilantro, minced garlic, chopped jalapenos, lime, black pepper, and sea salt. You can adjust the jalapeno amount to suit your desired spice level.

11. Raw Vegetable Summer Rolls With Triple Sesame Dipping Sauce
Made with rainbow bell peppers, these beautiful summer rolls will hit the spot the next time you’re thinking about a picnic. English cucumber, zucchini, cilantro, and mango add lovely flavors, but my favorite part is the triple sesame dipping sauce with lime and coconut nectar.

12. Spicy Romesco Sauce
Roasted red pepper sauce is one of my favorite toppings for zucchini pasta and other meals, and it’s so easy to make yourself at home. For this version, you’ll need soaked almonds, roasted bell peppers, garlic, olive oil, red wine vinegar, paprika, red chili flakes, sea salt, and black pepper.

13. Fajita Chicken Kabobs
Fajitas on a stick is a fun and easy way to grill up dinner. These skewers feature chicken breast, lime juice and zest, chili powder, cumin, garlic, jalapeno, red onion, and assorted bell peppers. Replace the canola oil with a cooking oil of your choice, such as avocado.


Photo: The Girl Cooks Healthy

14. Mashed Yam With Peppers
This mashed yam recipe is a great substitute for white mashed potatoes, and it has a flavor twist you may not have tried before. You’ll need yams for the base (the white, true yam, not sweet potatoes), butter (you don’t have to use vegan butter, obviously), coconut milk, bell peppers, garlic, and seasonings.

15. Whole30 Stuffed Peppers With Chipotle Sauce
Looking for a hearty recipe for your Whole30 month? Try this stuffed red bell pepper recipe with grass fed beef, sweet potato, onion, tomato, spinach, cilantro, and just about everything else good you could want in your stuffed peppers Top with creamy avocado.

16. Three Ingredient Tomato Soup
Tomato soup has never been easier to make. All you need for this one is ripe tomatoes, onion, red bell pepper, olive oil, and broth or whatever seasonings you like. It also takes less than half an hour from start to finish, making it a real winning recipe.

17. Stuffed Pepper Soup
This soup has everything you’d put in a stuffed pepper, but in soup form! While stuffed peppers scream summer to me, this soup would be great for a cooler time if year. It has simple ingredients like ground beef, red pepper, onion, garlic, and tomatoes.

18. Healthy Tuna Salad
If you find traditional tuna salad gag-inducing with its gobs of mayonnaise and unidentifiable ingredients, try this paleo version with tuna, apple, dill pickle, medjool dates, avocado, bell pepper, cucumber, and a light dressing from spicy brown mustard, olive oil, and spices.

19. Spring Cleaning Detox Salad
The best salads are the ones with a variety of different colors, textures, and flavors to keep you interested. This one has kale, red bell pepper, radishes, carrot, cucumber, avocado, red beet, walnuts, and a lemon-parsley dressing with garlic, stone ground mustard, and maple syrup.

20. Wild Thing Texas Chili
This chili is free of beans and corn, filled instead with ground bison, venison, wild boar, bacon, onion, garlic, bell peppers, black coffee, tomatoes, and a host of fabulous seasonings to give it heat and lots of character. This chili will fill you up and make you go wild.

21. Tomato and Roasted Red Pepper Soup
This is the kind of soup you’re going to want to collect ingredients for all summer when they’re cheap and then store them in the freezer if yours is big enough. There’s nothing like home-roasted tomatoes and peppers seasoned with garlic, carrots, onion, basil, and thyme.

22. Roasted Bell Pepper Salad
This is hardly a salad—more like delicious roasty bell pepper goodness with garlic, balsamic vinegiar, olive oil, salt, and chopped fresh herbs. It doesn’t take long to make and it’ll have you wanting to make it every week to take in your lunch to work.

23. Roasted Mini Peppers
Roasted mini peppers are a fun to eat, easy to make, and can be a beautifully colorful side dish for meat or other vegetable entrees Roast them at 400 degrees for just fifteen minutes and seasoning with pepper just before serving. It doesn’t get any easier than that.

24. Slow Cooker Sausage and Potatoes
Slow cooking your sausage with peppers and onions allows their flavors to meld together and results in an amazing dish that would make a perfect side dish or even a main dish. I could imagine enjoying this for breakfast after letting it slow cook all night long.

25. Cilantro Lime Chicken Stuffed Peppers
These stuffed peppers only have a few ingredients, but their flavor is out of this world and they’re simply beautiful, too. It all starts with slow-cooked cilantro lime chicken, which is really the star of this dish. Creamy avocado and spicy red onion add extra texture and flavor


3 kitchen appliances that can help you cook healthy meals

Our team is dedicated to finding and telling you more about the products and deals we love. If you love them too and decide to purchase through the links below, we may receive a commission. Prix ​​et disponibilité sont sujets à changement.

On In The Know’sThe Wellness Lab, we bust common health myths and learn about the best products for keeping your health in tip-top shape with our host, Dr. Alok Patel.

There’s a stigma that healthy food isn’t necessarily tasty food. But it’s really all just how you cook it. On this episode of The Wellness Lab, Dr. Alok Patel shares three kitchen tools he uses for cooking healthier meals at home.

“One great benefit to cooking at home is that you know exactly what you’re eating,” Dr. Patel says. “And, [you can] make sure that your diet is full of things like fruits, vegetables, whole grains, lean meats… while keeping everything low in trans fats, saturated fats, added sugar, cholesterol and sodium.”

Check out a few of his tips for cooking at home with an air fryer, steamer and blender in the video above.